COMPRENDRE
COMPARER

Le coefficient de réduction majoration ou bonus/malus : mode d’emploi.


Publié par (NotreAssurance) le 25 mars 2011

Le coefficient de réduction majoration s’applique à tous les véhicules terrestres à moteur. Il a pour but de « récompenser » l’automobiliste en fonction de sa conduite.

Il permet donc d’ajuster la cotisation de l’assuré en fonction de sa conduite. Un conducteur prudent verra sa prime d’assurance diminuer, à contrario, il la verra augmenter.

Ce coefficient (CRM) est appelé plus couramment « bonus : malus » par les assurés.

Comment ça marche ?

Ce coefficient est de 1 lors de la souscription du contrat. Il va augmenter chaque année ou diminuer en fonction du nombre d’accident de l’assuré. Lors d’une année sans accident l’assuré voit son CRM diminuer de 5% chaque année (X 0,95).

Exemple : l’assuré paye une cotisation de 200 € pour sa première année et n’a eu aucun accident.

Son coefficient est donc de 1 et va passer à : 1 x 0,95 (coefficient actuelle – 5%) = 0,95.

Soit un bonus de 1- 0,95 = 5%, la nouvelle prime payée sera de 200 x 0,95 = 190 €.

Lorsqu’un accident survient dans l’année, il faudra déterminer le niveau de responsabilité de l’assuré dans l’accident.

Dans le cas où il est responsable à 50% et que les torts sont donc partagés, le coefficient va augmenter de 12,5% (x 1,125).

Lorsque l’automobiliste est en tort à 100%, le coefficient va augmenter de 25%.

Exemple 1 : l’assuré a eu un accident dans sa première année dont il est à 50% responsable.

  • Son coefficient d’origine est donc de 1. Il paye une prime de 200 €.
  • Son nouveau coefficient sera de 1 x 1,125 = 1,26.
  • Soit un malus de 1 – 1,26 = -0,26 soit 26%, la nouvelle prime sera de 200 x 1,26 = 252 €.

Exemple 2 : l’assuré a eu un accident dès sa première année dont il est à 100% responsable.

  • Son coefficient d’origine est donc de 1. Il paye une prime de 200 €.
  • Son nouveau coefficient sera de 1 x 1,25 = 1,56.
  • Soit un malus de 1 – 1,56 = -0,56 soit 56%, la nouvelle prime sera de 200 x 1,56 = 312 €.

S’il y a plusieurs accident, dans l’année, les coefficients se multiplient entre eux (ex : s’il y a trois accidents dont le conducteur est en tort à 100%, le coefficient sera augmenté de 1,25 x 1,25 x 1,25 = 1,95). La réduction maximale du coefficient est de 50% soit un coefficient de 0,5 et l’augmentation maximale ne peut être de plus de 250% soit un coefficient de 3,5.


Article suivant :