La mise en concurence des assurances crédit est plus profitable pour les jeunes

Depuis septembre 2010, la loi Lagarde autorise les emprunteurs à souscrire leur assurance décès invalidité

En faisant jouer la concurrence, l’emprunteur peut diviser par 2 le cout de son assurance décès invalidité. Et cela est d’autant plus vrai, que l’emprunteur est jeune.

En effet, au lieu de mutualiser les risques sur tous les emprunteurs, les compagnies établissent un tarif individualisé. Plus on est jeune et moins une assurance décès invalidité est coûteuse.

Pour un prêt de 200 000 €, les moins de 30 ans économisent ainsi près de 8 000€.

Selon une étude de capital, l’assureur meilleur marché pour les non fumeur de moins 30 ans se trouve être Alptis avec sont contrat Pareo V5.

Les fumeurs de moins de 35ans préférerons la MACIF avec son contrat Garantie Emprunteur (15% de surcout contre 80% chez April). De plus la MACIF offre de bonne garanties comme la prise en charge à 100% de la mensualité en cas d’incapacité même au chomage.

Le contrat Pérénime d’AFI Esca présente aussi une offre compétitive pour les fumeurs. Bon point dans ce contrat, la prise en charge des emprunteurs ayant des maladies graves.

Le contrat April assurance emprunteur est lui recommandé aux plus de 54ans sauf s’ils sont fumeur, car la surprime à payer est exhorbitante dans ce cas.

Les offres d’assurance bancaire deviennent un peu plus compétitive pour les plus de 50ans.

Attention toutefois à bien lire les conditions générales des contrats ! Ainsi chez BNP Paribas ou le Crédit mutuel, il est courant que la prime de l’assuré soit majoré s’il s’installe à l’étranger ou tombe malade. Chez LCL et au Crédit foncier : en cas d’arrêt de travail, au lieu de l’intégralité de la mensualité, on se contente de vous ­verser la perte de salaire occasionnée, après intégration des indemnités de la Sécu.

Pour ne pas vous faire avoir, veillez toujours à demander à votre banquier une simulation de prêt indiquant le taux hors assurance. Une fois ce document en main, parlez-lui de délégation. Il grimacera peut-être, mais sera bien obligé de céder.


Actualité suivante :

<< Assurance-emprunteur : Arrêtez de choisir systématiquement l’assurance de votre banque ! | Crédit - Les taux des crédits immobiliers restent stables >>