Quoi de neuf dans l'assurance ?

Le mot du jour

  • Garantie décès complémentaire

    Elle permet en cas de décès de l’assuré de compléter l’épargne constituée à cette date, d’une somme équivalente à l’épargne programmée restant à payer entre la date du décès et l’échéance du contrat.

Fiscalité assurance-vie / Flat Tax : une nouvelle usine à gaz avec des conditions d'applications totalement ubuesques

Du grand n'importe quoi ! L'assurance-vie est déjà, et de loin, le support financier ayant la fiscalité la plus complexe qui soit. Avec la mise en place de la Flat Tax, les assureurs et l'Etat seraient tombés d'accord sur un principe digne d'un sketch des plus comiques. Ouvertement du foutage de gueule...
Publié le 8 septembre 2017, par Denis Lapalus

L’accord définitif entre les assureurs et l’Etat ne sera rendu officiel que le 27 septembre prochain, mais les grandes lignes proposées sont déjà connues. Elles sont affligeantes de stupidité.

Assurance-vie : une fiscalité à en perdre la tête

Si l’on gratte un peu dans les conditions d’application de la fiscalité portant sur les produits des contrats d’assurance-vie, c’est déjà un enfer. La règle consistant à dire que les produits des contrats sont exonérés au bout de 8 ans, dans la limite de l’abattement de 4.600€ ou 9.200€ est bien simpliste. Tout dépend de nombreuses conditions et dates. Entre la date de souscription du contrat, l’âge de l’assuré au moment de ses versements, l’ancienneté du contrat, et ces fameuses dates de changement de fiscalité, aucun épargnant ne peut à ce jour calculer sa propre fiscalité. Les épargnants s’en remettent systématiquement aux assureurs pour avoir le montant des produits imposables, soit au titre des revenus, soit soumis au prélèvement forfaitaire.

Et si les assureurs montent au créneau en arguant qu’ils défendent les épargnants, ce serait un scandale de plus.

Mais avec la mise en place de la Flat Tax, rien de mieux que de compliquer encore plus les choses !

Les assureurs font le forcing afin que les fonds ne soient pas retirés des contrats. Pour rappel, les fonds versés sur les contrats d’assurance-vie appartiennent aux assureurs. Les assurés n’ayant, juridiquement, qu’un droit de créances sur ces derniers. Du coup, leur objectif est simple : forcer la main des épargnants pour que les dépôts restent le plus longtemps possible, et avec un maximum d’unités de compte. Ces dernières sont bien plus rémunératrices pour les assureurs, et aucune garantie de capital, donc les assureurs n’ont rien à assurer ! C’est beau comme métier.

D’où la brillante idée qui a germé dans le cerveau des assureurs : les versements des épargnants ne seraient pas soumis à la flat tax, si ces premiers sont investis à plus de 30% en unités de compte, sur des contrats de plus de 12 ans. L’on comprend aisément l’avantage donné des assureurs : les épargnants, afin de bénéficier d’une fiscalité attractive sur les produits de leurs contrats devront miser sur les UC, à très long terme.

Flat Tax applicable

La Flat Tax (ou PFU en français) de 30% (au lieu de 23.50% comme à ce jour) concernerait donc les versements effectués sur un ou des contrats, pour un assuré dont l’encours au global (tous contrats confondus, tous assureurs confondus) serait supérieur à 150.000€, et dont l’ancienneté du ou des contrats concernés par ce nouveau versement est comprise entre 8 et 12 ans et pour lequel la répartition en UC est inférieure à 30%.

Simple, non ?


Article suivant :

<< Assurance-Vie : le PFU (Flat Tax) déclenchable sur l’encours net de l’ensemble de vos contrats | 100€ offerts sur le contrat d’assurance-vie Linxea Avenir jusqu’au 1er novembre 2017 >>